Benoît M.

Benoît, le pâtissier de l’Artois

Saint-Omer, c’est une île au milieu des terres et Benoît reste un peu à l’écart, à l’abri dans sa barque imaginaire, un peu loin des turbulences.

Le désert t’a bousculé et les efforts consentis t’ont poussé vers l’avant. Un seul mot d’ordre, le bonheur ! Mais n’oublie jamais qu’il n’est jamais très loin de celui qui passe discrètement sur le chemin.

Jette-toi, lance-toi, ose sans crainte, sans retenue, la vie sera embellie par mille crèmes magiques, offre-toi les couleurs des fruits choisis, abandonne ta réserve pour magnifier ce qui te pousse, te plaît, t’illumine.

Café ou chocolat, chevauche les éclairs, dessine les lumières que tu souhaites sur les génoises des jours à venir…

Dur ou fondant, oui, c’est vrai, tu grandis…

Alain Bellet

 

Il fallait résister

Continuer à marcher tous les jours, avec une douleur aux jambes… Pour moi, c’était la souffrance, la misère que Rita nous a fait endurer… Elle est petite, cette femme, mais qu’est-ce qu’elle peut faire galérer les gens! Elle nous a privé de beaucoup de choses.

Dès que j’ai vu des Touareg au Niger,  j’ai  trouvé ces gens bizarres, en  France, on n’a pas de tenues avec des turbans…

J’ai aussi trouvé leur thé étonnant, il était bon. Benoît, Noam, Roger et moi, nous avons travaillé, tiré de l’eau avec force… On peut dire qu’on avait du courage avec les Touareg, ils nous regardaient tirer l’eau… Ils nous laissaient galérer.

Un jour, j’ai manqué de respect à Jean -Claude et il m’a infligé deux claques. Je suis parti en colère et je suis tombé malade. Je n’en pouvais plus, j’étais mal. Noam m’a apporté de l’eau, j’aurais pu crever!

Je garde un bon souvenir d’Irham et de son campement de Touareg. J’ai aimé ses enfants et quand j’ai vu Séliman, le plus petit des enfants d’Irham, j’ai eu mal au cœur pour lui car il s’était brûlé. C’était mon préféré ! Il avait une belle petite tête et était très mignon.

Quand j’ai vu la femme d’Irham, je me suis dit qu’elle avait de la chance d’avoir un  homme comme lui, si gentil, si calme, si marrant… C’était lui le meilleur, le meilleur de tous les Touareg…

C’est ça que j’ai gardé dans ma tête…

Benoît M.

 

Si demain…

Si demain était un gâteau aux fruits

La crème serait nouvelle, changeante comme moi

Si demain était un gâteau aux fruits

La garniture ne ferait plus de peine à ma famille

 Si demain était un gâteau aux fruits

La chantilly plairait beaucoup à mes parents

Si demain était un gâteau aux fruits

Les ustensiles et moi aurions notre diplôme

 Si demain était un gâteau aux fruits

Ma façon d’être serait la cerise.

 

Benoît M.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *