2002 janvier: Le calvaire de la chance

Avec Jennifer, Nordine, Kévin, Maxime et Yvonne


Sur le chemin des choix

Le désert peut-il aider quelqu’un à mieux se connaître? Aider à vider sa tête et laisser glisser en soi le sens du respect, cette richesse inouïe des Touareg qu’ils offrent sans contrepartie à tous ces jeunes en quête d’eux-mêmes?

Cette fois-ci, l’écrit venu des grandes dunes interroge prudemment les choix de vie qui s’imposent au retour d’Afrique. Les mots hésitent, soulignent une inquiétude, déshabillent un instant une pudeur cachée, une peine enfouie, un doute étouffé.

C’est difficile de recomposer dans l’écrit un chemin de vie fragilisé. Leur voyage est là, dans chaque ligne, dans chaque mot, pour ne pas l’oublier, quitte à souligner leurs souffrances, leurs difficultés successives….

Évidemment, l’ombre des Touareg visite les textes qui suivent, pour continuer à avancer aux côtés de Jennifer, Maxime, Kevin et Nordine.

Leurs regards les accompagnent dans cette Ardèche qui se donne à eux comme un port de retour, une planche à décisions, le lieu où le devenir s’impose presque…

Ils reviennent du désert, et comme les autres jeunes partis avant eux à la découverte d’eux-mêmes, le Ténéré et ses nomades les guident vers le respect à fortifier, à acquérir, ce respect de soi et d’autrui qui s’impose pour grandir encore…

Cette quête d’humanité se conjugue au complexe des choix à opérer, et tous évoquent les passages à négocier, les formations à suivre, la vie à venir, les lieux d’existence, défaire des constructions hâtives, parfois bâclées,  juste pour grandir…

Alain Bellet

A Jennifer, Yvonne, Nordine, Kevin, Maxime,

Lors de notre visite, le chef de village d’Iférouane nous a rappelé les trois actes les plus condamnables dans la société touareg traditionnelle :

Le vol

Le manque de respect

Le mensonge

Bonne chance sur le chemin des choix,

Rita Valenza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *