L’Appel du Désert

Théodore Monod et Jean-Claude Bourgeon dans le désert libyen en avril 1996

La civilisation moderne est issue de la révolution industrielle. Son objectif est de libérer l’Homme des contraintes naturelles. En affirmant sa domination sur le monde, elle s’oppose aux civilisations traditionnelles fondées sur l’harmonie entre I’Homme et Ia Nature. Cette domination est violente : mesurons-nous vraiment Ia réaction profonde des hommes de tradition devant la destruction de leur milieu naturel, l’évasion de leurs valeurs morales et le gaspillage qui s’étale sous leurs yeux?

Il fut un temps où, dans toutes les civilisations et religions du monde, l’Homme était éduqué à reconnaître le pouvoir de l’esprit. Mais, à notre époque, les valeurs matérielles triomphent. En éloignant l’être humain du grand livre de la Nature, la société industrielle n’est-elle pas responsable de nombre de maux nouveaux qui assaillent notre planète ? Pour répondre à cette question, il faut retourner aux sources de la vie, dans une Nature intacte, et y retrouver le sens du mystère.

La Nature intacte n’est pas nécessairement sauvage car l’Homme y a sa place et son rôle. Toutefois, orientons nos recherches vers les régions désertes car le Désert, en restant à l’écart de l’empire de la quantité, protège encore le merveilleux et mystérieux équilibre de la vie. Alors que la plupart des grandes traditions spirituelles de l’humanité sont nées au Désert, le moment n’est-il pas venu de proposer à la jeunesse une ouverture vers un monde de qualité, vivant, et qui prenne son sens à partir des valeurs du Désert ? Ne serait-ce pas la clef de l’avenir …. d’un avenir durable, bien entendu.

Henri-Jean Hugot / Théodore Monod / Jean-Claude Bourgeon / 1993

 

Henri-Jean Hugot et Jean-Claude Bourgeon avec le photographe suisse Maximilien Bruggmann (2009)



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *